samedi 18 janvier 2014

Histoire des arts: Yves Klein, Anthropométrie de l'époque bleue

 Yves Klein, 
Anthropométrie de l'époque bleue (ANT 82), 1960

Cette oeuvre est la seconde de la liste en Arts Plastiques pour l'épreuve d'Histoire des arts du brevet des 3ème.

 Yves Klein, Anthropométrie de l'époque bleue (ANT 82), 1960, Cette peinture est réalisée à base de pigment pur et de résine synthétique sur papier et monté sur une toile de 155 x 281 cm. Cette œuvre fait partie des collections permanentes du centre Beaubourg à Paris. 
Yves Klein est un artiste français, fondateur (avec son ami et critique d'art Pierre Restany) du groupe d'artistes nommé Nouveaux Réalistes.
Né en 1928, de parents peintres tous deux, il ne commence sa carrière artistique, sans avoir fait d'études d'art, qu'en 1954, après s'être beaucoup investi dans le judo (il fit un séjour de deux ans au japon pour devenir ceinture noire et publie le livre les fondements du judo).

Yves Klein pratiquant le judo, japon, 1953
Son travail de peintre explore les possibilités du monochrome (peinture d'une seule couleur). Très vite il se concentre principalement vers la couleur bleue outremer, dont met au point en 1956 une variation, l'International Klein Blue (IKB), mise au point avec le marchand de peinture Edouard Adam, qui a la particularité de garder l'éclat du pigment pur en poudre, et qui deviendra sa signature.


A partir de ce bleu à la fois profond et lumineux, il va créer, durant sa courte carrière artistique (il meurt subitement en 1962), de nombreuses oeuvres d'art poétiques et tout à fait novatrices, autour des thématiques du vide, de l'invisible et de l'infini: sculptures et tableaux réalisés avec des éponges, tableaux réalisés avec du feu, lâchés de ballons, présentation d'une galerie vide...


En 1958, lors d'une soirée privé, Yves Klein fait un monochrome d'un genre nouveau: un modèle nu étale la peinture bleue sur la feuille posé au sol avec son propre corps.
Cette idée amusante donnera naissance aux anthropométries.

Première expérimentation de la technique des " pinceaux vivants ", dans l’appartement de Robert Godet situé dans l’Ile Saint-Louis à Paris. Lors de cette soirée, Yves enduit de peinture bleue le corps nu d’une jeune femme qui, par une série de mouvements de rotation, dépose ses empreintes corporelles sur un papier posé au sol, jusqu’à saturation du support. Il en résulte un monochrome bleu.
Les anthropométries d'Yves Klein consistent à appliquer l'empreinte d'un corps sur le support (papier ou toile).
Après quelques essais dans son atelier, Yves Klein organise une soirée ou des anthropométries seront réalisées en direct devant un public et suivie d'un débat.
Cette performance (réalisation d'une oeuvre d'art devant un public), à lieu en 1960 dans une galerie parisienne et sera intitulée Anthtropometries de l'époque bleue. Un orchestre y joue une pièce musicale d'Yves Klein, la symphonie monoton-silence (20 minutes d'un son continu suivie de 20 minutes de silence).
C'est à cette époque qu'il signe le manifeste du nouveaux réalisme (avec César, Christo, Tinguely, Villeglé...) où il est simplement écrit: Nouveau réalisme = nouvelle approche perceptive du réel.



 

L'oeuvre est intéressante pour plusieurs raisons.
D'abord car elle propose une nouvelle manière de faire de l'Art, comme un spectacle, devant un public qui peut réagir en direct: c'est ce que l'on appelle la performance.
Ensuite parce qu'Yves Klein  decide de donner un plus grande place au modèle, qui habituellement pose pour le peintre. Ici non seulement le modèle est montré au public mais surtout c'est lui qui peint le tableau, par son empreinte. Yves Klein ne fait que donner des instructions, comme un chef d'orchestre. Il appelle cela la technique des "pinceaux vivants".
Enfin les oeuvres, qui sont le résultat de la performance, jouent avec l'idée de figuratif (qui représente quelque chose) et d'abstrait (qui ne représente rien).  Yves Klein se demande pourquoi l'art doit représenter fidèlement le réel ? A quoi sert-il de peindre un lit si on ne peut pas dormir dedans ? Une femme si on ne peut pas la serrer dans ses bras ?
Au premier regard, on ne voit dans les anthropométries d'Yves Klein que des tâches, mais pour lui elles sont plus réelles (ou réalistes) que des peintures figuratives car ce sont des empreintes de vraies femmes et cela les représente donc tel qu'elle sont "vraiment".
En fait, Yves Klein est dans la tradition classique de la peinture du nu, mais avec une perception différente du réel. C'est une oeuvre à la mesure du corps.



Ci dessus deux vidéos: Yves Klein réalisant une anthropométrie dans son atelier, puis la performance des Anthropométries de l'époque bleue, suivie des peintures de feu (en lien ici et ici)

Pour approfondir, une biographie détaillée d'Yves Klein sur son site officiel ici ainsi que de nombreuses images d'Anthropométries et d'autres oeuvres  ici
Une interprétation de la symphonie monoton-silence ci dessous (ou ici) qui utilise le procédé du drone (ou bourdon), c'est à dire une note unique et continue.


5 commentaires:

  1. Quelle innovation pour l'époque, le corps comme pinceau ! L'expérimentation et l'expérimental sont souvent des voies royales pour la création... Merci

    RépondreSupprimer
  2. il y a de bonne information mais est ce que ce serait possible de faire un résumer a la fin pour pouvoir avoir une biographie plus courte et avec les information première pour l'histoire des Art

    RépondreSupprimer
  3. Très bon article qui m'a beaucoup servi mais pourriez-vous indiquer des œuvres que l'on peut mettre en relation avec L'Anthropométrie ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, il est possible de faire des relation avec certains artistes du groupe japonnais Gutai qui utilisent beaucoup leurs corps pour faire des œuvres abstraites. On peux aussi faire des recherche du coté du body art ou du body painting. J'espère vous avoir été utile.

    RépondreSupprimer