jeudi 27 avril 2017

Jeu Point Bonus

Si vous trouvez la réponse à cette énigme avant vendredi prochain, vous gagnez un point bonus sur le prochain travail.
Laissez votre réponse en commentaire de ce poste avec votre prénom, la premier lettre de votre nom et votre classe (exemplePablo P. 6H).Tous les commentaires et la réponse seront publiés vendredi prochain.

Quel artiste est l'auteur du dessin monumentale en anamorphose en hommage aux réfigiés que l'on peux voir sur la parois de Pic de Carroi depuis quelques jours ?



Source de l'image https://twitter.com/landartandorra

L'oeuvre de la semaine: Le son et la musique dans l’œuvre de Bill Viola

Le son et la musique dans l’œuvre de Bill Viola


Bill Viola et sa femme Kira Perov
Bill Viola est né le 25 janvier 1951 à New York (Etats-Unis). Il vit aujourd’hui en Californie avec sa femme et ses deux enfants . 

Université de Syracuse, État de New-York
En 1969, Bill Viola entre au département d'art de l'Université de Syracuse à New York. A partir de 1970, il commence à travailler avec la vidéo dans le cadre des activités de l'Union des étudiants de Syracuse. Il y étudie les Arts Visuels avec Jack Nelson et la musique électronique avec Franklin Morris. Au cours de cette période, Bill Viola devient membre du groupe vidéo Synapse de l'Université de Syracuse, où il réalise et installe un système de télévision par câble, et acquiert des connaissances d'ingénieur du son. Puis il devient assistant technique du département vidéo au Everson Museum de Syracuse.

Couverture de l'album de Franklin Morris, Ron marquisee, 1970



En 1972, il réalise sa première vidéo,
Wild Horses, et travaille comme assistant d'exposition de Nam June Paik (artiste et musicien disciple de John Cage et acteur majeur de Fluxus) et de Peter Campus.

Performance de la violoncelliste Charlotte Moorman avec la sculpture de Nam Jun Paik TV Cello, New-York, 1971


En 1973, il obtient le diplôme BFA des Studios expérimentaux du Collège des arts visuels et du spectacle de l'Université de Syracuse. La même année, sa participation à l'atelier d'été des Nouvelles Musiques à Chocorua (New Hampshire) lui permet d'étudier la musique avec le compositeur David Tudor, dont il devient le collaborateur au sein du groupe de compositeurs Composers Inside Electronic. Il réalise avec ce groupe plusieurs performances et installations sonores à travers le monde. Dont la plus célèbre est Rainforest.

Le groupe Composers Inside Electronics, Berlin 1980


Performance du groupe CIE pour Rainforest 2


L’œuvre de Bill Viola représente la tendance lyrique de l'art des installations vidéos. A partir des années 70, il crée un grand nombre de bandes vidéos et d'installations qu'il définit comme autant de poèmes visuels dans lesquels il s'attaque aux questions d'identité et des préoccupations d'ordre spirituelles dans le monde moderne.
Durant cette première période, Bill Viola va s’intéresser à la performance, au cinéma expérimental et à la musique. Il utilise la caméra comme un outil qui intellectualise le monde, comme un instrument qui dissèque pour mieux analyser, saisir et décrire. C’est aussi pour lui un outil de perception du monde qui nous entoure. Ses premières recherches sur la vidéo le conduisent dès le milieu des années soixante-dix à réaliser des installations et des bandes extrêmement suggestives, que l’artiste commence, dès le début des années quatre-vingts, à transposer en une symbolique basée sur la pensée mystique et bouddhiste. Il va se servir de la vidéo pour explorer les phénomènes de la perception des sens qui mènent à la connaissance de soi. Ensuite, il traite l’image comme une partition musicale. Image et son ont une importance égale dans son œuvre. L’image permet de prolonger la perception sensorielle auditive.

Bill Viola, Information (1973, 29' , U-matic, NTSC, couleur, son, Collection Centre Georges Pompidou, Paris)
Information fait partie des premiers travaux de Bill Viola en vidéo (1973). Directement issue de ses recherches sur la musique électronique, l'image est littéralement immergée dans le signal, la représentation même du médium. Un moniteur, de face, nous montre une série d'images brouillées, perturbées, interrompues par des mires visuelles et sonores.


Bill Viola, Playing Soul Music to My Freckles,
1975, 2:46 min, color, sound
Playing Soul Music to My Freckles (jouer de la musique Soul à mes taches de rousseurs) est une performance filmée dans laquelle une enceinte diffusant une chanson d'Aretha Franklin est posée sur le corps de l'artiste. Cette vidéo est extraite de la compilation the red tape 1975

Bill Viola, He weeps for you, 1976
Bill Viola, He Weeps for You (detail), 1976
Bill Viola, He Weeps for You (1976) videosound installation water drop with microlens, amplified drum, projection in a dark room
  
Dans He weeps for you 1976 (Synapse video center université de Syracuse New York Etats Unis, installation ), il montre une goutte d’eau tombant d’un tuyau de cuivre. La gouttelette est vidéoprojetée agrandie de façon à refléter la pièce environnante et ses occupants. Un bruit sourd résonne lorsque la goutte touche une percusion au sol, ce qui donne à cette action apparemment anodine une inquiétante etrangeté. Ce travail fait allusion à la philosophie traditionnelle de la correspondance entre le microcosme et le macrocosme inspiré de la pensée orientale et des théories de la physique contemporaine qui montrent comment la moindre particule de matière contient des connaissances et des informations sur l'état du système tout entier. De cette installation, il dit: «J'ai tenté de créer un espace accordé où non seulement tout est enfermé dans une seule cadence rythmique mais où un système dynamique interactif est produit, dans lequel tous les éléments la goutte d'eau, l'image vidéo, le son, le spectateur et la pièce elle-même fonctionnent ensemble de manière unifiée comme un instrument unique et plus grand». L'œuvre repose sur un processus d'agrandissement: en modifiant l'échelle de ce qui devrait être normalement un événement accessoire pour l'amplifier à la fois visuellement et acoustiquement jusqu'à ce qu'il domine l'espace. Un examen plus serré révèle que le processus unificateur qui sous-tend l'œuvre est un phénomène optique. La goutte d'eau agit elle-même comme une lentille et s'intègre de la sorte au système optique de la caméra vidéo. On peut voir une image de l'espace tout entier et de ceux qui s'y trouvent, image dont on constate qu'elle est contenue dans la structure anamorphique de chaque goutte d'eau. Cette distorsion optique accroît à mesure que la goutte gonfle pour finalement tomber hors de l'image et s'écraser sur la surface amplifiée qui se trouve en dessous, inaugurant alors un nouveau cycle.
 


Four Songs (1976 - 33 min) est aussi une compilation de 4 vidéos. En choisissant le mot chanson pour cet ensemble, Bill Viola souligne le lien entre son travail et la structure musicale ainsi que la poésie Romantique.
Songs of Innocence (9'34) est un chant de l'enfance à deux temps. Une chorale sur la pelouse verdoyante d'une école interprète une comptine. La lumière tombe progressivement sur cette scène "idéale" et la recouvre de nuit. Après le départ des enfants, dans leur trace encore vivante, ne restent plus qu'une flamme et, à côté, un objet non identifiable. C'est alors que les corps fantomatiques de la chorale réapparaissent, s'incrustent en transparence dans la nuit, en esprits, et rejouent leur scène enfantine. Entre le silence et les ténèbres, entre le jour et la nuit, un bouquet d'orchidées et la flamme sur le sol marquent d'une mémoire mortuaire cet espace vide comme un tombeau.

Bill Viola, Songs of innocence

 Space Between the Teeth (9'10) est construite à nouveau en deux temps, deux espaces distincts, le passage s'effectuant de l'image du corps manifeste à celle du corps profond. Space Between the Teeth repose sur une stratégie presque mathématique de la perception. Dans un espace clos, Bill Viola assis nous regarde longuement. Soudain il hurle, puis plusieurs fois encore. La caméra recule alors et découvre un couloir interminable. Elle s'arrête enfin. L'homme crie et chaque cri, à intervalles réguliers, provoque par saccades une avancée rapide et bousculée de la caméra jusqu'à l'espace obscur que l'homme a entre ses dents. Après chaque avancée, elle recule jusqu'à un point toujours plus proche de l'homme.

Bill Viola, Space between the theet


On retrouve l'utilisation du cri de façon récurente dans le travail de Bill Viola :
The Amazing Colossal Man, 1974,
vidéo noir et blanc, installation sonore, événement d'une nuit d'août 1974,
projection sur écran placé devant la fenêtre double de son studio de Syracuse,
photocopie de 1974, Experimental Television Center Collections. 


Bill Viola, The Amazing Colossal Man, 1974

 
« Anthem (Hymne, 1983) de Bill Viola est une vidéo structurée autour d'un cri perçant et unique émis par une jeune fille de onze ans alors qu'elle se tient sous le grand hangar de la gare d'Union Station à Los Angeles. Son cri, d'une durée de seulement quelques secondes, se propage hors des murs de briques du hangar.

Bill Viola, Anthem, 1983
Bill Viola a ralenti, étiré, modulé, et par ailleurs modifié le son de la voix de la jeune fille pour créer cette bande sonore pour une symphonie de la ville post-industrielle qui est inquiétante. Le cri d'origine est étendu dans le temps et décalé en fréquence pour produire une échelle de notes harmoniques qui constitue la bande son à laquelle Viola juxtapose des images du matérialisme - industrie et culte du corps, pompes à huile géant et battements de cœur humain, voitures le long d'une autoroute et sang qui coule dans les veines, technologie chirurgicale moderne et branches d'arbres dans une forêt ancienne. Le cri angoissé traverse la corporéité du corps et de la culture contemporaine comme un organisme vivant.
Bill Viola rapporte cette structure à la forme et la fonction des chants religieux, les chants grégoriens notamment (en utilisant une échelle harmonique dans une salle de résonance) et des chants tantriques bouddhistes (rituel d'exorcisme et de conversation avec les démons). Pour lui, la pièce est une évocation rituelle de « nos peurs primaires les plus profondes, l'obscurité et la séparation du corps et de l'esprit. »







Silent Montain (2001) est une vidéo muette qui montre un homme et une femme hurlant au ralenti .
Bill Viola : « le hurlement le plus fort que j'aie jamais enregistré est peut-être ce Silent Mountain muet ». Selon Viola, le silence de cette image en mouvement fait écho à la peinture religieuse de la Renaissance mais, comme il le dit lui-même : " les images anciennes sont juste un point de départ. Je ne suis pas intéressé par leur appropriation ou leur reprise. Je veux entrer dans ces photos .... les incarner, les habiter, pour les sentir respirer ".


Bill Viola Silent Mountain, 2001 photo by Claudia Zevi & Partners

De ces années d’expérimentations dans le domaine de la performance et du son, il existe une édition limité en vinyle des bandes réstaurées par l'artiste de 2015.

Side A
The Talking Drum, 1979 (22:56)
(For Herman Heins) Performance, 1982
Bass Drum, temple gong, pre-recorded sound, and electronics
Performed by Bill Viola

Side B
Hornpipes, 1979-82 (18:11)
PVC pipes, voice
Performed by Ralph Jones, Bill Viola, Yoshi Wada
Pulses (Duomo Bells), 1982 (4:10)
Metronome, pre-recorded sound, and electronics
Performed by Bill Viola



La dimension mystique du son de certaines pièce se retrouve dans l’intérêt de Bill Viola pour les religions et la philosophie orientales. Cet aspect est directement mis en scène dans sa plus longue vidéo I Do Not Know What It Is I Am Like (1986) . Le dernier chapitre nous montre une cérémonie religieuse et la musique qui l'accompagne.






Deserts, (1994
) fut créée pour accompagner la performance en direct du compositeur Edgar Varèse (1855-1965). Après avoir découvert des notes du compositeur se référant à une composante imagée non réalisée de sa composition, l’Ensemble Moderne, un groupe de musique contemporaine basé à Francfort, a commandé à Viola la création d’une partition visuelle pour Déserts de Varèse.


Pour la tournée Fragility 2.0 du groupe metal-indus Nine Inch Nails, gravé sur le DVD And That I could have been de 2002, Bill Viola crée une scénographie multi-écran pour les titres La mer, The great below et The mark has been made. Les bonus du DVD incluent une interview en anglais sur ce travail.






Tristan et Yseult (Peter Sellars - Mise en scène / Richard Wagner - Compositeur)
En supprimant en 1951 le décor construit pour le remplacer par une simple ambiance lumineuse, Wieland Wagner change toute l'esthétique de représentation de l'opéra. Cette utilisation d'une technologie unique et impalpable, la lumière, qui devient décor et plus encore état d'esprit, est en fait bien une révolution, qu'on soit revenu ou non à des volumes construits sur scène depuis. Une autre révolution technologique s'est peu à peu mise en place depuis les années quatre-vingt, avec la projection, de décors réalistes, de films, oniriques ou réalistes, ou de jeux de laser, qui permet de construire des espaces virtuels... Au début du XXIe siècle, c'est la vidéo qui s'installe à son tour dans l'environnement spatial de l'opéra. Non plus film projeté, mais bien apparition d'un nouveau moyen d'expression, devenu presque une fin en soi dans La damnation de Faust de Robert Lepage, ou plus encore les magnifiques Paladins signés José Montalvo et Dominique Hervieu, tant l'intégration du spectacle vivant y est assurée avec maestria dans le spectacle projeté.
On peut bientôt distinguer cette intégration de la juxtaposition de la vidéo et de l'action théâtrale, telle que la pratiquent Peter Sellars et Bill Viola dans leur Tristan et Isolde de l'Opéra-Bastille, en 2005. La vidéo y devient une strate entière et primordiale du spectacle, noyant et anéantissant presque le jeu des « vrais » acteurs du drame, jouant avec eux en costumes noirs dans une boîte noire sans décor aucun, avec pour tout accessoire un parallélépipède bas - banc, lit, pierre tombale - tout aussi noir. Un Tristan assurément pas sans image pourtant, le fond de la boîte étant un vaste écran recevant en continuité ces projections mouvantes et sophistiquées qui ont fait la renommée du vidéaste américain.



Artistes et personnalités :
Bill Viola - Plasticien(ne)





sources:
Page biographique sur Bill Viola
http://www.artperformance.org/article-23906732.html
 Site sur la musique éléctronique
https://www.eai.org/
 Un cours sur le cri chez Bill Viola




mardi 18 avril 2017

Street Art et éléction presidentielle


"Des icônes de la pop culture et du cinéma, de Schtroumpf Grognon à Pinocchio en passant par Marion Cotillard, sont placardées sur certains panneaux d'affichage électoraux parisiens.
Cette campagne présidentielle n'en finit plus de nous prendre à contre-pied. Alors que l'on pensait que le nombre de onze candidats était définitivement arrêté par le conseil constitutionnel, voici que des personnages de BD, de dessins animés et des acteurs se lancent dans une campagne sauvage.
Ces détournements et leurs slogans incisifs ont commencé à couvrir les murs de Paris, y compris les panneaux officiels de la campagne. Combo, le street artist à l'origine de ces facéties, explique ce choix de venir coller des affiches fantasques sur les espaces réservés aux prétendants officiels: «Je ne pense pas que ce soit conscient de leur part, mais les colleurs d'affiches des candidats ont commencé à recouvrir nos murs dédiés au street art. Du coup nous avons fait pareil, c'est de bonne guerre.»"
Source Le Figaro









dimanche 16 avril 2017

Jef Aerosol sur France Inter

En cette période de vacances, prenez le temps d'écouter aux murs...
Jef Aérosol sur France Inter nous parle de street art, de pochoir, d'in situ, de rock et de révolution...



Place Stravinski, à côté du centre Pompidou à Paris, se trouve l'un des plus grands pochoirs jamais réalisés au monde (surface : 350 m) © Getty / Denis Prezat


Pour accéder directement à la page
https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-07-avril-2017
Le site de l'artiste
https://www.jefaerosol.com/
 

vendredi 7 avril 2017

Jeu point bonus

Si vous trouvez la réponse à cette énigme avant vendredi prochain, vous gagnez un point bonus sur le prochain travail.
Laissez votre réponse en commentaire de ce poste avec votre prénom, la premier lettre de votre nom et votre classe (exemplePablo P. 6H).Tous les commentaires et la réponse seront publiés vendredi prochain.

Sur quel monument parisien peux-t'on voir cette sculpture de Jean-Baptiste Carpeaux ?


Journée Portes ouvertes ETPA


jeudi 6 avril 2017

Exposition ancien élève

A ne pas rater cette semaine la (trop) courte exposition de Domènec Montané, talentueux ancien élève du LCF à Ordino (voir affiche ci-dessous).
Vernissage ce soir à 18h30. Venez nombreux.


Source: Bondia

Plus d'infos ici
Site de la commissaire d'expo:
http://kunstank.com/
Page Facebook de l'artiste:
https://fr-fr.facebook.com/DomenecMontaneArt/
Reportage TV:




jeudi 23 mars 2017

VOTEZ POUR NOS ELEVES



Plusieurs de nos élèves ont été sélectionnés pour le concours de maillots de basket organisé par les magasins Pyrénées et MoraBanc.
Le Gagnant du concours remporte un Imac pour lui et un autre pour sa classe et son design sera porté pour le match Andorre/Valence.
Les 5 premiers classés iront voir le match à Valence.
Les votes se font par Facebook sur la page de Pyrénées ou en suivant le lien ci-dessous.
https://premium.easypromosapp.com/entries/808523

Merci de voter pour les visuels présents ci-dessous et de partager largement à vos amis !







Jeu point bonus

Si vous trouvez la réponse à cette énigme avant vendredi prochain, vous gagnez un point bonus sur le prochain travail.
Laissez votre réponse en commentaire de ce poste avec votre prénom, la premier lettre de votre nom et votre classe (exemplePablo P. 6H).Tous les commentaires et la réponse seront publiés vendredi prochain.

Identifie au moins 5 personnages sur ce montage d’œuvres parodiques de Grégoire Guillemin ?